Sortie culturelle avec Tous en Sel



Ayant élargi son champ d’action du patrimoine salin au patrimoine local dans le bassin salifère, l’Association Tous en Sel a organisé une journée de visites samedi 5 septembre 2015 sur les thèmes du sel et de la bière de Lorraine.





Une trentaine de membres de l’Association accompagnés d’élus (es) du Grand Couronné, d’Amis du Saulnois (Château-Salins – Dieuze) des médiatrices culturelles de la Maison du sel à Haraucourt se sont retrouvés sur le site du haras de Rosières-aux-Salines accueillis par Henri VASSE historien local pour nous parler de l’histoire des anciennes salines ducales établies jusqu’en 1760 à cet emplacement.


Après un historique sur Rosières-aux -Salines, notre guide nous entraîne dans l’enceinte de l’ancien domaine des salines aujourd’hui Haras qui s'étendait depuis le bras d’eau passant sous le grand pont et en arrière du château, la Meurthe en direction de l'Est. La porte monumentale de l'époque marquait la limite sud vers le magasin à bois.


la saumure relevée du puits principal salé  était amenée dans des poëles ( grands chaudrons de fer mesurant 6m 75 de côté pour une profondeur de 50 cm). La saline de Rosières en comptait 9, la cuisson durait de 3 à 7 jours, et il fallait brûler environ 22 stères de bois pour récolter 2 kilos de sel à partir de 100 litres de saumure. L’emplacement de l'ancien puits salé est signalé par un bassin au milieu de la cour du Harras.


***
Vers 12h30, les visiteurs se sont retrouvés autour d’un repas convivial pris en commun à l’Auberge de la Mirabelle à Ferrières, avant de se rendre au musée français de la brasserie à St Nicolas-de-Port.


Diapo photos de la journée

***
Le musée installé dans l’ancienne brasserie classée monument historique en 1986 met en valeur le processus de fabrication de la bière au fil du temps. 

La visite commence dans l’ancien bâtiment administratif avec la salle "Moreau" du nom de la famille fondatrice de la brasserie de Vézelise, devenue ensuite propriétaire de la brasserie de Saint-Nicolas-de-Port.


Puis la salle de l'École de Brasserie de Nancy présente une série de photos des promotions d'étudiants brasseurs de 1893, année de création de l'école. Viennent ensuite vitrines et panneaux sur la brasserie de Champigneulles, seul témoin toujours actif de l'industrie brassicole lorraine.


Au premier étage, une vaste salle présente une grande quantité d'objets, documents et affiches sur de  nombreuses brasseries françaises, dans un local attenant, une petite brasserie de démonstration. La visite du bâtiment administratif se termine par la salle située face à l'accueil où sont exposés des éléments du brassage primitif de la bière dans l'antiquité.

C’est ensuite la visite du bâtiment principal, la  tour de brassage, après quelques étages nous découvrons  une salle de malterie-brasserie du 18ème siècle reconstituée où l'orge se transformait en malt. Plusieurs éléments symboliques (étoile du brasseur, crucifix, bouquets d'orties, pièces métalliques etc.) montrent à quel point le brasseur du 18ème siècle est perçu comme un alchimiste. 


En descendant par demi-niveau on remarque les anciens outils des brasseurs, une tonnellerie, un laboratoire, et des cuves à brasser du 19éme siècle. Puis on accède à la salle de brassage et ses 3 énormes cuves chaudières en cuivre de 1930 cœur de la brasserie où le malt réduit en mouture est mélangé avec de l’eau chaude  permettant la saccharification et la cuisson du moût.

Dans une autre salle le refroidisseur anti-bactérien «  Baudelot » du nom de son inventeur préfigurant les bases de la brasserie moderne grâce à Louis PASTEUR et ses recherches sur la bière. En-dessous, les salles sous les cuves avec leurs filtres et leur forêts de tuyaux.

Vient ensuite la salle des machines et un énorme compresseur frigorifique de 1931 entraîné par une roue de plus de quatre tonnes. Son fonctionnement au gaz ammoniac produisait 200 000 frigories par heure pour fabriquer la glace indispensable à la conservation de la bière. 

Compresseur frigorifique à gaz ammoniac de 1931
Capacité 200 000 frigories/heure


Puis  les derniers stades d’élaboration avec la fermentation, la garde en caves réfrigérées  et le conditionnement de la bière en fûts ou bouteilles.

La visite très appréciée se termine par une dégustation de bière au caveau.

Tes2015/db